San Blas

LEMMON CAYS, NOTRE DERNIERE ESCALE AUX SAN BLAS – 14 > 18 février 2013

On sent bien la fin de notre séjour aux San Blas arriver… On y aura passé un mois mais on y serait bien resté un peu plus longtemps. On découvre, ici, de nouvelles îles, nouvelles plages, nouveaux récifs… Les derniers des San Blas…

Lemmon cays

 

Vénancio vient nous présenter sa production de molas. Ce kuna est reconnu comme étant le meilleur dans la confection de ces œuvres traditionnelles. C’est donc avec honneur que nous l’accueillons à bord. Le choix est considérable. Il me les montre un par un et met de 20côté ceux qui me plaisent de prime abord. Sa stratégie est intelligente : comment ne pas lui en acheter, à ce stade ?  Heureusement, c’est bien mon intention. Ensuite, on étale toute la sélection sur les banquettes du cockpit pour m’aider à faire mon choix. Evidemment, j’aimerais les garder comme souvenir de voyage mais surtout pas dans un placard ! Iris me donne une idée qui me plait beaucoup : « ça pourrait être sympa cousus sur des coussins ! ». « J’adore ! ». Après réflexion et par élimination, j’en prends trois. Le travail est très minutieux. On ne voit pas un fil dépasser. Les couleurs sont franches. Les superpositions de tissus sont régulières et précises. Et pour agrémenter le procédé traditionnel du mola qui consiste en une superposition de tissus de différentes couleurs, dont les découpages forment les dessins, il a intégré des motifs finement brodés. J’ai comparé avec ceux achetés sur d’autres îles : son travail très qualitatif se démarque vraiment !

 

21Nous partons explorer une épave avec Karine, Serge, Lili et Tess de Roxanna. Elle est à peine immergée. On peut la deviner de la surface… une tâche brune dans une eau turquoise. C’est unique et vraiment très joli. Même les plus petits peuvent la visiter sans avoir besoin de plonger. On s’amuse à entrer dans la coque par l’intérieur et à en ressortir par le pont érodé. Le corail feu qui s’est installé là, juste à l’entrée, en a surpris plus d’un par sa brûlure. Toutes sortes de coraux ont pris vie sur les parois et les poissons gravitent autour, sans paraître dérangés par les touristes. Deux poissons-lions ont trouvé une cavité qui leur assure un peu de tranquillité. La situation est si inhabituelle qu’on a l’impression d’être dans un aquarium géant, dans lequel on aurait placé la reproduction d’une épave en résine pour faire plus vrai !

Accéder à la galerie photo complète de notre escale sur Lemmon Cays

C’EST ICI, LE PARADIS ? 4 > 13 février 2013

panorama 1

Wouahhh ! Quelle spectacle magnifique, vu du ciel !!

panorama 2

En arrivant aux Holandes Cays, la vision du premier récif à l’entrée de l’archipel était déjà tellement belle que j’ai tout de suite demandé à Marc de me hisser en haut du mât. C’est ainsi qu’armée de mon appareil photo, j’ai pu capturer ce paysage paradisiaque pour vous le faire partager.

panorama 4

Ces images permettent seulement de vous en donner une idée, parce que, vraiment, de là-haut, c’était un pur moment de bonheur… C’était superbe, splendide, incroyablement beau ! J’ai passé une demi-heure à m’extasier devant la répartition des îlots et toutes ces nuances de bleus, tranchées par le vert des palmiers et le blanc des plages.

panorama 3

On retrouve Géronimo tout au fond de la passe à l’est. Puis, Roxanna qu’on a connu sur Green Island, arrivent à leur tour. On fait la connaissance de Lydia qui reste ancré aux San Blas à l’année, de Hippos camp qui arrivent aussi… A l’inverse de nos premières escales aux San Blas, ce mouillage aura été rythmé par les goûters sur la plage, les parties de snorkelling ou de chasse, les apéros avec les bateaux-copains.

05

L’eau est chaude et très claire. De jolies raies Léopard font régulièrement leur ronde par deux. Nous pouvons assez facilement admirer leur robe tachetée et les observer fouiller dans le sable avec leur long nez. Elles se mettent parfois à sauter hors de l’eau… Il parait que c’est la saison des amours… Une vingtaine de seiches ont l’air de se plaire à l’ombre de 08nos coques. Chaque jour, nous pouvons aller leur rendre visite en deux coups de palmes… Des requins nourrices habitent le coin. Nous tombons sur l’un d’eux faisant sa sieste, tapi sous un rocher, à 50 mètres de Coco d’îles. Nous le laissons se reposer tranquillement. Cette espèce n’est pas agressive mais à force de plonger pour l’observer, on ne voudrait pas l’irriter et avoir à vérifier la puissance de sa mâchoire.

60Marc part quotidiennement chasser. Ses proies sont de plus en plus grosses. Il nous ramène de beaux balistes océaniques dont la chair nous fait penser à celle du poulet. Il les dépiaute complètement. Ce qui lui donne beaucoup de travail car leur peau est très épaisse et solide comme du cuir. Je les fais cuire entier afin de ne pas en perdre une miette. En effet, il y a beaucoup de chair dans leurs têtes (comme les joues) dont il ne faudrait surtout pas se priver tant elle est fondante ! Notre chef de famille décide de s’attaquer aux barracudas. On aimerait bien, on adore le barracuda... Mais, ça me fait un peu peur, il s’agit quand-même d’un gros prédateur : d’habitude, c’est lui le chasseur ! Il possède une bouche armée de dents suffisamment aiguisées pour arracher un bout de chair à celui qui lui chercherait des crosses ! Marc en fait son affaire et nous en chasse deux ! J’ai jamais dit qu’il n’était pas cap’ !!

Tom s’éclate avec tous ses copains. Après les cours, ils se contactent par VHF, se retrouvent dans l’eau ou à la plage… Ou encore sur les bateaux lors des apéros. Ils vivent leurs vies à leurs rythmes et profitent au maximum.

Accéder à la galerie photo complète de notre escale aux Holandes Cays

UN PETIT BOUT DE CIVILISATION – 28 > 29 janvier 2013

Nargana sera une escale internet. C’est une des rares îles équipées d’un réseau, alors on y Poubellespassera le temps de lire nos mails, envoyer les évaluations de Tom au CNED et ajouter un article sur le site. Ici, nous pouvons racheter quelques fruits et légumes (pas très frais mais c’est mieux que rien) et même du pain kuna ! Nous avons, aussi, pu jeter nos poubelles. Bon, il s’agit d’une « décharge » sur la berge, au bord du continent, devant la mangrove (comme ça, ça se voit moins).

Ce n’est pas très écolo mais plus que dans la mer ! On peut penser qu’ils les brûlent de temps en temps, car on peut voir la fumée s’en échapper d’où nous sommes ancrés, ce matin. La balade aux poubelles : on voulait tous y allez ! Ben oui, parce qu’il paraît qu’un gros croco rôde par là. Ben nous, on l’a pas vu ! A mon avis, il a fini par s’empoisonner avec de l’huile de vidange pas fraiche ou s’étouffer avec une boite de conserve !

Un peu plus civilisée technologiquement parlant, la population ne nous a pas parue aussi agréable et peu intéressée que sur les îles précédentes. Nous n’avons pas eu envie de nous y attarder. Je n’ai même pas une photo à vous montrer.

AVENTURE ET MESAVENTURE SUR GREEN ISLAND – 30 janvier > 3 février 2013

Mouillage

En remontant vers le nord, on entre dans une zone plus touristique. En effet, en arrivant sur Green Island, on peut déjà voir une douzaine de bateaux au mouillage. Nous choisissons de jeter l’ancre un peu plus à l’écart, après avoir distingué une passe entre les récifs qui mène face à l’île, complètement à l’abri du vent.

09En contact par VHF, Géronimo nous rejoint. Les enfants se retrouvent et s’éclatent sur la plage pendant que nous découvrons sur l’île, des orchidées accrochées aux troncs des cocotiers et un puits d’eau douce.

11J’installe mon hamac entre deux cocotiers, au bord de l’eau. Le temps d’une petite sieste à l’ombre, bercée par les vaguelettes, avant d’aller préparer les amuse-gueules pour l’apéro de ce soir. Ah oui, je ne vous avais pas tout dit ! L’apéro entre plaisanciers est comme un rituel de bon voisinage que tout le monde adopte sans difficulté. Bien sûr, il est souvent sous forme « dinatoire ». Chacun apporte sa petite spécialité et c’est autour d’un petit verre qu’on fait connaissance, échange et passe d’excellentes soirées. Pendant ce temps-là, les enfants font la fête. C’est à cette occasion, que ce soir nous faisons l’agréable connaissance de Karine et Serge de Roxana, qui viennent d’arriver au mouillage. Ils ont deux petites filles qui s’ajoutent à la bande de copains. Le bonus, c’est Michèle, la mère de Karine, que nous aurons eu la chance de rencontrer, étant avec eux pour quelques semaines de vacances.

ATTENTION LES VAGUES !

27Malgré nos différentes explorations sous-marines sur les récifs alentours, Marc, qui voudrait nous rapporter des araignées de mer pour étoffer son tableau de chasse, n’en voit pas une. La chair de celles que nous ont vendues les deux pêcheurs kunas hier, était vraiment délicieuse. Alors, aujourd’hui, Marc leur propose d’aller les chercher avec eux. Giobani et son cousin sont partants. Iris décide de les accompagner. Malheureusement leur aventure a failli tourner au drame. Arrivés au niveau de la barrière de corail où ils allaient chasser, ils se sont fait surprendre par une vague plus grosse que les autres. Avant qu’ils n’aient eu le temps de remonter l’ancre pour se déplacer, une deuxième les a carrément retournés. A bout de souffle, ils ont d’abord tenté de remettre l’annexe à l’endroit mais sans stabilité debout et à 3 pour lever 190 kg à bout de bras au milieu des vagues, l’affaire leur a pris une demi-heure en tout. Ils se sont vite décidés à décrocher son ancre tant bien que mal et l’ont tirée le long du récif jusqu’à la plage. Sonnés, c’est à la pêche aux pagaies, palmes, masques, ceintures de plombs, fusils, caisse, tongs… Bref, tout ce qui était dans l’annexe… qu’ils sont finalement allés. Ils sont revenus choqués et écorchés par les coraux, à force d’être entrainés par les vagues qui se cassaient sur eux. L’annexe elle-même et la batterie n’ont pas subi trop de dommages mais le beau moteur tout neuf est revenu balafré et branlant ! Ils sont bien conscients que dans leur malheur, ils ne s’en sont pas sortis si mal. Quand ils y repensent, ils auraient très facilement, pu se blesser gravement ou se noyer.

accident d'annexe

Mais pour ne pas se laisser abattre et pour que chaque expérience devienne une leçon de vie, c’est avec une plus grande vigilance qu’ils y retourneront demain, avec la ferme intention de revenir les bras chargés d’araignées !

Accéder à la galerie photo complète de notre escale sur Green Island

DES ILES COCOS POUR LES COCO D’ILES – 21 > 27 janvier 2013

L’archipel des San Blas longe le Panama sur 205 kilomètres. Nous les parcourons d’est en ouest mais ne pouvons, ni ne désirons, nous arrêter sur chaque îlot. Ben oui, même en passant une seule journée sur chaque, il nous faudrait une année entière ! Pour la navigation, nous ne pouvons pas compter sur notre cartographie Navionics qui n’est absolument pas fiable quant à la situation des îles, aux San Blas. C’est-à-dire que si on la suivait les yeux fermés, on se retrouverait souvent sur la terre ! Nous utilisons donc, en parallèle, les cartes informatisées du livre « The Panama Cruising Guide » (Eric Bauhaus) avec un autre logiciel de navigation, Open CPN. Marc trace notre route dessus en utilisant un autre ordinateur, en relève des points GPS qu’il reporte sur notre cartographie habituelle.

Ilestu

En partant d’Ustupu, nous avions mis le cap pour Tupile, mais en passant devant ce petit îlot nommé Ilestu, Coco d’îles se sent l’envie de faire une petite halte. Bien à l’abri de l’îlet et de sa barrière de corail, notre coco a l’air plus détendu dans une eau plus claire. Sous ses coques, une immense patate de corail « fleur » s’étend à perte de vue. Après que Marc ait constaté un souci de fonctionnement de son moteur bâbord, nous le laissons se reposer. Et pendant ce temps-là, nous faisons un petit tour de l’île aux cocotiers ! Marc refait son stock de cocos et nous ramène 2 noix de coco germées. Nous avons donc désormais 2 petits cocotiers à bord. De retour sur notre coco à nous, Marc trouvera le petit souci de son moteur et l’aura vite guéri. En fait, le pré-filtre à gasoil était rempli d’eau, dû à la très mauvaise qualité du gasoil, ici.

11

Tout comme Ilestu, Aridup est une vraie cocoteraie naturelle. Nous en avons rencontré son propriétaire, Luis. Un indien Kuna qui vit là une bonne partie de l’année, avec 3 de ses cousins, femmes et enfants habitant sur le continent. Ils l’entretiennent et la chérissent. Ils ramassent les noix de cocos qui leur assurent un petit revenu. Ils ratissent. Ils brûlent les cocotiers morts qui sont souvent victimes des termites.

Farwell Island

Presque toutes les îles se ressemblent : un rond de sable qui ne dépasse pas 1 mètre au-dessus du niveau de la mer, coiffé d’un bouquet de cocotiers. Mais, elles ont toutes leur petit truc à elles. Farewell Island, elle, s’allonge en une langue de sable que les vagues se disputent en duel.

Accéder à la galerie photo complète de notre escale sur Ilestu, Aridup et Farewell Island