Notre 2ème escale en Guadeloupe

BASSE-TERRE – 11 avril 2012

La Guadeloupe est en fait un archipel qui comprend sept îles : le « papillon », les Saintes, Marie-Galante, la Désirade, Petite-Terre, Saint-Barthélémy et une partie de Saint-Martin. Basse-Terre est l’aile ouest du « Papillon », l’île principale. Les paysages des deux ailes s’opposent complètement. Grande Terre est plutôt plate et chaude, alors que Basse-Terre est toute en relief montée d’un volcan et couverte aux trois-quarts de forêt tropicale humide.

 

 

19Un petit tour aux chutes du Carbet donne une idée de cette atmosphère à ma mère et à Patrick. Nous choisissons la rando la moins longue avec un parcours relativement facile qui constitue déjà une belle balade avec un terrain glissant car mouillé et un certain nombre de marches à gravir !

Elle nous même à la deuxième chute qui fait 110 mètres de haut.

 

20Et pour rester dans la nature, nous visitons le parc des Mamelles.

Installé en plein cœur de la forêt tropicale, il permet de découvrir in-situ la flore et la faune de Guadeloupe et des ses alentours. Tout en pente, il a gardé l’aspect sauvage de la nature tout en y intégrant de nombreuses espèces de fleurs et plantes mais aussi des enclos pour animaux comme les ratons laveurs (mascotte de la Guadeloupe, appelé « racoon » en créole), mangoustes, iguanes, crabes, tortues, perroquets, singes araignées… ou encore deux magnifiques jaguars, un noir et un tacheté.

 

21A 20 mètres de haut dans la canopée, nous parcourons de nouveau des ponts suspendus pour le plus grand bonheur des enfants… mais aussi des grands-parents, je crois…! … les parents aussi adorent !! A la cime d’un bouquet d’arbres, nos sentiments sont à mi-chemin entre le plaisir de dominer la jungle des yeux et la trouille de perdre l’équilibre (même si les passerelles sont bien sécurisées) !!

 

22Le lendemain, nous retrouvons Yaya et Juju (Laëtitia et Julien) pour la journée. A Trois-Rivières, une autre randonnée nous attend dans la forêt le long du littoral. Jolie promenade de plus de deux heures avec observation de fourmis géantes transportant des bouts de feuilles qui font trois fois leurs tailles, trouvaille de gros nids de termites, imitation de Tarzan sur les lianes, flippage de vaches (enfin surtout Yaya et moi)… Bon c’est vrai, ça parait bizarre mais elles avaient de grandes cornes et n’avaient pas l’air de vouloir nous laisser passer…                

 

On est arrivé bien fatigué au bout du parcours et la médaille revient à Loann, pour son endurance même s’il a fini sur les épaules de Tonton !

 

Accéder à la galerie photos complète sur notre 2ème escale en Guadeloupe

FAUNE ET FLORE DE LA CARAIBE

Quand on imagine les Antilles, on a immédiatement en tête les plages et les cocotiers… Mais ce sont aussi très souvent des reliefs impressionnants, l’arc antillais étant une chaine volcanique, habillés d’une végétation luxuriante et magnifique. Les plantes comme les fleurs sont de taille et de vivacité hors normes. Il faut dire qu’elles ont tout pour s’y plaire : du soleil et de la pluie en abondance.

Une plante telle que la fougère qui ne dépasse pas deux mètres dans nos forêts métropolitaines, peut en atteindre dix, ici !

 

11141213

 

 

Entrer dans cet environnement unique procure des sensations fortes pour tous les sens : la moiteur de l’air, les odeurs de terre humide, les chants des oiseaux se mêlant au ruissellement de l’eau des rivières ou cascades, et bien sûr la beauté… des feuilles démesurées et chargées de vie… des différents verts éclatants de tant d’espèces qui se côtoient et s’entremêlent… des fleurs aux allures majestueuses et aux couleurs vives… des racines spectaculaires de certains arbres ou des plantes parasites envahissantes qui cherchent le soleil encore plus haut.

C’est toujours avec beaucoup de plaisir qu’on retrouve cette richesse naturelle de la Terre.

 

 

17161815

LES SAINTES - 4 avril 2012

C’est par les Saintes que nous démarrons une petite croisière avec nos nouveaux invités. Trois bonnes heures, dans un premier temps, pour voir si la navigation ne taquine pas trop leurs oreilles internes…

Tout va bien, ils sont à l’aise, pas de mal de mer… On va donc pouvoir se balader sur l’eau… 

 

01 (1)01 (2)01 (3)01 (4)

 

Nous étions déjà venus en bateau, il y a 2 mois, sur Terre de Bas.

Une petite marche sur l’îlet Cabrit, inhabitée, nous amène d’abord sur les ruines du Fort Joséphine. Puis sur Terre de Haut, la plus convoitée de l’archipel des Saintes, nous préférons louer 3 scooters pour aller visiter le Fort Napoléon dans les hauteurs. D’ici, la vue est imprenable sur l’anse du Bourg, le Pain de Sucre, l’îlet Cabrit, Terre de Bas des Saintes et Basse-Terre du « Papillon »...

  

03

Arpenter les ruelles pentues et fleuries avec nos deux-roues nous fait nous sentir pousser des ailes et certainement vivre une deuxième jeunesse à Mamy et Papy, qui n’avaient pas piloté ce genre d’engins depuis bien des années !

 

 

On goûte au fameux « tourment d’amour », une spécialité des Saintes. L’original, à la noix de coco, étant exclusivement confectionné par les 04femmes de pêcheurs. C’est un petit gâteau qui fait penser à la génoise, fourré d’une préparation à la noix de coco, mais aussi à l’ananas, à la goyave ou à la mangue, qui s’accompagne très volontiers d’une boisson car un peu bourratif.

 

05

 

Puis, on retourne sur la plage de Pompière qui nous avait tant plu lors de notre première venue, il y a quatre ans. Elle est enclavée au fond d’une petite baie bien abritée et presque fermée de tous petits îlots. Une large ceinture de grands cocotiers la borde, derrière laquelle, biquettes et poules se plaisent à paître tranquillement… enfin, jusqu’à l’arrivée fracassante de Tom et Loann dans leur havre de paix. Ils ont fini par adopter les chèvres en leur offrant des fleurs à manger !

MARIE-GALANTE - 7 avril 2012

06Nous ne ferons malheureusement qu’un bref passage sur Marie-Galante. Nous arrivons dans la baie de Saint-Louis le samedi du week-end de Pâques : plus aucune voiture disponible !

 

Une petite balade à pied nous permet quand-même d’avoir un tout petit aperçu de cette île. Hormis la première image d’un groupe de jeunes dansant et écoutant une musique qu’on entendait déjà du mouillage et qui, pourtant, émanent des enceintes de leur voiture, portière grandes ouvertes, l’endroit 07nous paraît désert. Comme nous cherchons où aller manger une glace qu’on avait promise aux enfants, deux jeunes filles nous indiquent une maison où la propriétaire propose des sorbets coco sur sa terrasse. On ne pouvait pas trouver plus local !

 

Ici, une rencontre avec un guadeloupéen venu pour le week-end faire le tour de Marie-Galante en vélo, nous parle de son île.

 

Un peu plus loin, une deuxième rencontre avec une femme qui 08nous répond de sa fenêtre à la question qu’on se pose sur le fruit qui pousse dans son arbre… une autre avec son cochon derrière sa maison et le lien est fait. Il a suffi qu’on lui demande où il serait possible de goûter la canne à sucre, étant en pleine saison, pour qu’elle envoie sa fille armée d’une machette dans son champ nous en rapporter 2 ! Ils étaient pourtant prêts à partir à la messe à l’instant où nous sommes arrivés. En l’attendant, un des ses fils d’environ six ans vient offrir des petits œufs en sucre à Tom et Loann, puis son mari arrive avec 09des crabes de terre qu’il vient de chasser et ficeler, par trois ou quatre, avec des grandes herbes. Cela fera leur repas de fête pour Pâques. Ils semblent pauvres, mais ont manifestement le cœur sur la main.

 

La dernière rencontre, nous la ratons de peu, celle avec les jeunes qui ont volé la nourrice* de notre annexe !!! On n’aura qu’une brève description de la scène par un plaisancier qui venait de monter sur le ponton. Ils auraient siphonné l’essence des toutes les annexes voisines à la nôtre.

 

Nous aurions sûrement apprécié Marie-Galante mais ce dernier incident nous donne envie de partir…

 

10Ce soir-là, nous faisons connaissance avec Pierre et Nathalie de Talitha Koum, un catamaran Lagoon 500. Rentant à leur bateau avec leurs enfants et des amis en annexe, ils ont eu envie de venir voir de plus près le sticker de Coco d’îles. Au passage, ils nous abordent et du coup, se retrouvent pratiquement face à Marc, en train de prendre sa douche sur la marche arrière. Il a beau se dépêcher de rentrer dans l’eau, leur ami saute sur l’occasion pour lui faire remarquer en riant qu’il a perdu son maillot de bain… Le ton est donné. Après quelques échanges, on les retrouve sur leur bateau pour un apéro fort joyeux qui durera tard dans la nuit.

Nous laissons Tom à leur bord dans la cabine des enfants où ils sont tous entassés et endormis devant un film qui joue sans spectateur. Le lendemain matin, il aura le privilège et la joie de conduire l’annexe de leurs enfants autour de nos bateaux, sans adulte à bord. Le pied !

 

* réservoir de l’annexe qui ressemble à un jerricane

RETOUR VERS LE SUD

Nous voilà repartis pour la Guadeloupe illico car on enchaine avec une nouvelle visite. Nous avons dû laisser nos amis la veille de leur départ de Saint-Martin pour aller récupérer ma mère et son ami, Jacqueline et Patrick, à l’aéroport de Pointe-à-Pitre.

 

180 miles (333 km) soit une trentaine d’heures de navigation comprenant quelques siestes à tour de rôles… Quelques heures de briquage de bateau… Une réservation de voiture de location et 30 minutes au volant sont nécessaires pour ouvrir une nouvelle page dans le journal de bord de Coco d’îles…